Management
Temps de lecture :
6 min

Les 18 soft skills les plus prisées chez les managers (et comment les transmettre aux vôtres)

soft skills managers
Publié le : 22/09/2022
Sophie Huret
Sophie Huret

Sommaire

Partager :

Savoir manager aujourd’hui n’est pas la même chose que diriger une équipe il y a cinq ans. Le monde a évolué, l’entreprise également, et les attentes des collaborateurs diffèrent tant que les managers doivent acquérir des savoirs, savoir-faire et savoir-être nouveaux.

Lesquels sont essentiels au manager performant d’aujourd’hui ?

C’est ce à quoi va répondre cet article, en vous présentant les 18 soft skills les plus recherchées chez les managers.

La résolution de problèmes complexes : pour affronter les cas de management difficiles

Parmi les compétences managériales qui relèvent de soft skills, la résolution de problèmes complexes est particulièrement recherchée par les entreprises. L’idée ? Pouvoir prendre du recul pour aborder une problématique dans sa globalité, pour une gestion de projet et d’équipe qui prend en compte tous les éléments-clés d’une situation.

Cette compétence managériale nécessite ainsi que le manager garde toujours à l’esprit la stratégie de l’entreprise, pour pouvoir la répercuter dans les objectifs opérationnels, individuels, de son équipe.

L’agilité : pour affronter un monde en constante évolution

Sous l’impulsion des nouvelles technologies, des nouveaux modes de consommation ou encore des innovations qui ne cessent de se développer, le monde, et surtout le monde du travail, ne cesse d’évoluer, et ce de plus en plus vite.

D’où la nécessité pour le manager d’acquérir la soft skill qu’est l’agilité. Par agilité, on entend la capacité à remanier les plannings, les objectifs, les tâches de chacun en fonction des priorités nouvelles qui peuvent arriver au fil d’un projet.

L’intelligence émotionnelle : pour mettre l’humain au coeur du management

On parle beaucoup d’intelligence émotionnelle depuis quelques années déjà. Il s’agit de la capacité à reconnaître, comprendre et réguler les émotions, que ce soit les siennes ou celles des autres. Cette soft skill fait partie des fondamentaux du management, à l’ère où les collaborateurs souhaitent évoluer dans des équipes résolument humaines, et être pris en compte en tant que tels.

Or, l’intelligence émotionnelle demande d’abord une forte connaissance de soi, une capacité à observer ses émotions, pour réussir à décrypter celles des autres. Lorsqu’elle est maîtrisée, l’intelligence émotionnelle donne au manager la capacité à prendre en compte les émotions des membres de son équipe pour les mener à plus de productivité, et à les motiver, tout en empathie.

Le leadership : pour inspirer et donner l’exemple

Le rôle du manager, qu’il soit un manager de proximité ou qu’il gère une équipe à plus large échelle, est d’être un leader. Ainsi, parmi les savoir-être nécessaires à acquérir pour lui, le leadership est clé. On définit le leadership comme la capacité à agir comme un véritable moteur de son équipe.

Or, le leader n’est pas simplement un donneur d’ordres, à qui la position hiérarchique transfère une autorité naturelle. Il est la personne qui inspire par l’exemple, qui donne envie à son équipe d’aller plus loin en montrant le chemin. Ainsi, un leader a notamment besoin de trouver sa vision pour pouvoir manager efficacement en la transmettant par la suite.

La créativité : pour penser “out of the box

Derrière le terme de “créativité”, on n’entend pas le fait de développer les compétences en rapport avec des domaines artistiques. Non : la créativité, dans le management d’aujourd’hui, c’est la capacité à sortir des sentiers battus, à trouver des solutions alternatives, innovantes, à un problème donné.

En ce sens, la créativité demande à développer une capacité à oser, et à développer une culture de l’échec chez soi comme dans son équipe. En effet, l’échec doit être là pour servir de leçon, pour trouver les bonnes pratiques, et ne doit pas être vu comme un obstacle à l’atteinte des objectifs globaux.

L’intelligence situationnelle : pour adapter son style de management à tout moment

Connaissez-vous le management situationnel ? Il s’agit de l’un des styles de management qui consiste à manager, non seulement en fonction des profils de ses collaborateurs, mais aussi des situations particulières dans lesquelles ils se trouvent.

Cette intelligence situationnelle va de pair avec l’agilité. Le manager doit pouvoir prendre le temps d’analyser une situation pour trouver le meilleur style de management à appliquer à un moment donné, à une situation spécifique.

La communication : pour passer ses messages avec impact

La communication a toujours fait partie des soft skills essentielles aux managers : c’est bien leur outil-clé pour transmettre les objectifs, la vision et la stratégie de l’équipe.

Mais dans notre monde actuel, où les modes de communication sont devenus très divers, manager son équipe, c’est savoir tous les maîtriser. Ainsi, il vous faut non seulement maîtriser la communication interpersonnelle qui a lieu en présentiel, au bureau, mais aussi apprendre à animer et manager une équipe à distance.

La prise de décision : pour guider les équipes vers la bonne stratégie

Le manager est celui qui transpose les objectifs de l’entreprise en objectifs opérationnels. Cette mission à elle seule demande d’être capable de prendre des décisions au nom de l’entreprise, et au nom de sa propre équipe.

Cependant, le bon manager d’aujourd’hui doit aussi être capable de déléguer cette prise de décision, et de faire confiance à ses collaborateurs les plus compétents pour être autonomes dans certaines décisions opérationnelles.

L’authenticité : pour “manager vrai”

Le collaborateur-type d’aujourd’hui souhaite développer des relations fortes avec ses pairs, mais aussi avec son manager. La langue de bois n’est plus possible actuellement : le manager doit être capable d’être authentique, “vrai”, auprès de ses équipes, tout en gardant la bonne distance et la bonne posture pour se faire respecter.

Et bonne nouvelle : cette authenticité mène à plus de confiance de la part des collaborateurs, qui se sentent également plus à l’aise pour venir lui parler de leurs besoins et soucis.

L’esprit critique : pour faire preuve de discernement à tout moment

On appelle esprit critique la capacité à faire la part des choses lorsqu’une situation complexe se présente à soi, et à prendre la bonne décision en fonction de son intuition et des bonnes pratiques en la matière.

Cet esprit critique devient aujourd’hui une soft skill essentielle pour un manager, tant il y a souvent plusieurs solutions à un même problème. Le bon manager est alors celui qui trouve parmi elles la solution la plus efficace par rapport à son équipe.

La flexibilité : pour changer de cap dès que nécessaire

Cette soft skill va de pair avec l’agilité : il s’agit de la capacité à assouplir ses pratiques managériales pour prioriser ce qui doit l’être à un instant T. Elle est hautement nécessaire dans un monde en constante mutation, qui demande de s’adapter en permanence.

La négociation : pour montrer la voie sans donner d’ordres

Le management d’équipe consiste à orienter les collaborateurs vers son point de vue, son plan d’action opérationnel, sans l’imposer de façon autoritaire. On reconnaît dans cette définition la base de la négociation !

En effet, le manager doit aujourd’hui apprendre à faire des concessions vis-à-vis de ses collaborateurs, et à demander des contreparties en échange… tout comme c’est le cas dans la négociation commerciale !

Le sens du collectif : pour tirer parti des forces de son équipe

Par “sens du collectif”, on entend la capacité, non seulement à créer une cohésion d’équipe qui stimule le travail d’équipe, mais aussi à valoriser les qualités de chacun au sein de l’équipe.

L’idée est de connaître assez chacun des collaborateurs pour leur donner à tous la bonne place dans l’équipe, au bon moment. Chacun doit sentir ses compétences reconnues à leur juste valeur, et valorisées au sein du groupe.

La bienveillance : pour manager avec l’humain

La bienveillance devient une soft skill de manager cruciale à l’heure actuelle. Cette empathie envers les collaborateurs permet au manager de s’adapter aux situations qu’ils peuvent rencontrer, et à les accompagner au sens large, dans leur carrière.

C’est d’ailleurs pour cela que le management bienveillant gagne autant en popularité dans les entreprises… surtout auprès des jeunes générations, qui ne souhaitent plus un “management à la papa” !

L’humilité : pour devenir un leader inspirant

Bon nombre de leaders manquent cruellement d’humilité. Résultat : ils se retrouvent par être détestés de leurs équipes, et n’être plus motivant pour elles.

D’où l’intérêt à garder les pieds sur terre, et à être conscient de ses propres limites. Ce faisant, vous apparaissez comme humain avant tout, et créez une politique de “porte ouverte” pour aller toujours vers l’amélioration continue (de soi et de votre mode de management).

La motivation : pour booster durablement ses équipes

Motiver son équipe ne peut pas venir sans un travail sur sa propre motivation. Or, le manager doit être capable, tout seul, de trouver l’inspiration pour affronter les moments difficiles comme les plus joyeux. Le tout pour, ensuite, animer une équipe de manière dynamique et inspirante.

Le souci du service client : pour mettre en place la symétrie des attentions

Connaissez-vous le principe de la symétrie des attentions ? Ce concept stipule que, si le manager a le souci de servir le client comme il se doit, de personnaliser la relation avec lui, il en fera de même avec ses collaborateurs. C’est pourquoi le souci du service client devient une soft skill de manager essentielle.

Ainsi, le manager doit avoir le souci de bien servir les clients externes de l’entreprise si son pôle est en contact direct avec lui, mais aussi ses clients internes (comprendre : ses collaborateurs).

La visualisation positive : pour réussir à s’auto-motiver

La visualisation positive est une technique qui consiste à projeter des images mentales en soi, et à les associer à des sensations, pour imaginer les réussites à venir. Elle permet à la fois de gérer son stress, et de visualiser les objectifs à atteindre de manière positive. Un vrai plus dans une boîte à outils managériaux !

Besoin de développer les soft skills de vos managers ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les soft skills ne sont pas des qualités naturelles qu’il serait impossible de développer a posteriori chez les individus !

  • Certaines soft skills se développent grâce à des formations en management spécifiques : par exemple, la résolution de problèmes complexes, la communication ou la négociation.
  • D’autres peuvent se travailler dans des formations au management plus globales, notamment par la mise en pratique de théories de management : intelligence émotionnelle, agilité, flexibilité, esprit critique…
  • Enfin, d’autres nécessitent un accompagnement personnalisé, comme du coaching de manager, pour trouver sa vision et sa voix de manager : visualisation positive, créativité, leadership

Envie de favoriser le développement des compétences de vos managers par ce type d’accompagnement ? Découvrez la méthode Booster Academy, basée sur celle de l’entraînement sportif, et faites passer vos managers à l’étape supérieure !

À propos de l'auteur :

Vous aimerez lire aussi ...

Management
5 min
Comment accueillir le changement après une période de crise intense ?
Publié le 23/09/2022 par :
Frédéric Frouin
Management
6 min
Les 18 soft skills les plus prisées chez les managers (et comment les transmettre aux v...
Publié le 22/09/2022 par :
Sophie Huret
Management
4 min
Devenir franchisé Booster Academy !
Publié le 21/09/2022 par :
Romain Root

Envie de progresser ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir en avant première
les dernières tendances en efficacité commerciale.

Vous souhaitez échanger sur votre projet ?

Nos équipes sont à votre disposition pour échanger sur vos besoins en formation, conseil ou conférence.